Vous en avez certainement entendu parler sur les réseaux sociaux ou dans les médias : une impressionnante boule de feu de couleur bleue a...


Vous en avez certainement entendu parler sur les réseaux sociaux ou dans les médias : une impressionnante boule de feu de couleur bleue a traversé le ciel de l'Est de la France et de l'Allemagne, le 14 novembre 2017. Un rare évènement auquel un large public d'observateurs a pu assister.

Le photographe Ollie Taylor a lui eu la chance inouïe de se trouver au bon moment et au bon endroit pour immortaliser cette unique rencontre avec cette boule de feu. Sur cette image, la Grande Ourse située au-dessus du bolide domine le ciel des Alpes, encore éclairé par la lumière du crépuscule.

Shooting Star
Impressive image of the Fireball, November 14th 2017, captured by astrophotographer Ollie Taylor

Le 1er site international de rapports d'observations de météores (American Meteor Society) a reçu un total de plus de 2 000 témoignages (ici) battant le record du plus grand nombre de rapports pour un seul et même météore, depuis le création de l'association en 1962.

Carte représentant la localisation des observateurs du bolide du 14 novembre 2017 ainsi que la trajectoire du météore ( Copyright : AMS meteor Society )

Quelques détails sur ce météore

Le phénomène s'est produit le 14 novembre 2017 vers 16h48 UT (soit 17h48 heure française) et aurait duré jusqu'à une dizaine de secondes.

Origine

Ce météore, que l'on appelle bolide en raison de sa longueur et brillance extraordinaires semble être originaire de la pluie d'étoiles filantes des Taurides, causés par la traînée de la comète Encke dans l'espace.

Taille et Luminosité

Sa taille devrait être de l'ordre de quelques millimètres, largement supérieure à la moyenne pour des météores (c'est-à-dire inférieure au millimètre, de l’ordre d'un grain de sable). Bien que cette taille puisse sembler minuscule, la vitesse d'entrée dans l'atmosphère de ~70 km/s est telle qu'elle produit un échauffement intense du aux frottements. Cette échauffement ionise cette poussière et libère une grande quantité d'énergie sous forme de lumière.
Puisque le météore du 14 novembre 2017 était plus gros que la normale, il a brillé pendant environ 10 secondes.

Couleur et traînée

La couleur apparente du météore était bleue. Cette caractéristique visuelle traduit la composition chimique de cette particule venue de l'espace. Elle serait donc majoritairement composée de Magnésium.



 ************************ENGLISH VERSION IS BEING EDITED*******************





Image d'une comète (Lovejoy) par Fritz Helmut Hemmerich, 2015 ------------ [ Mise à jour 26/10/2017 à 13h ] : La comète C/2017 ...

Image d'une comète (Lovejoy) par Fritz Helmut Hemmerich, 2015
------------
[Mise à jour 26/10/2017 à 13h] : La comète C/2017 U1 change de nom et devient l'astéroïde A/2017 U1 (article modifié).
 -----------

Les astéroïdes sont des objets rocheux errants du système solaire, présentant parfois des propriétés semblables aux comètes.
Jusqu'à aujourd'hui, tous ces astéroïdes et comètes provenaient de notre système solaire lui-même, et plus précisément de la ceinture de Kuiper (au-delà de Neptune) et du très lointain nuage de Oort.

Mais un objet céleste vient juste d'attirer l’œil des astronomes, puisqu'il proviendrait non pas des confins de notre système solaire, mais ceux d'un autre système, c'est-à-dire d'une autre étoile.

• Une trajectoire non commune


Cet objet initialement répertorié comme comète (nommée C/2017 U1) a été découvert le 18 octobre 2017 à l'aide du télescope Hawaïen Pan-STARRS, lorsqu'elle était située à environ 30 000 000 km de la Terre (soit 0.2 Unité Astronomique) .
Sa trajectoire présentant une excentricité fortement hyperbolique de 1.19 a tout de suite intrigué les scientifiques. En effet, les comètes ordinaires présentent en moyenne une excentricité de l'ordre de 0.2-0.7, c'est-à-dire une orbite grossièrement assimilable à un cercle. Celle de la comète C/2017 U1 présente la plus grande excentricité jamais mesurée pour un tel corps céleste.

• Une comète ou un astéroïde ? 

 

Il y a quelques jours, le 26 octobre 2017, la commission du MPC (Minor Planet Center) a rectifié la nature de la comète, car aucune coma (queue de poussières) n'était visible d'après les images prises par le VLT. Cet objet a donc été rebaptisé A/2017 U1 , dont la lettree "A" signifie que cet objet présente davantage une structure d'astéroïde que de comète.

D'images plus "détaillées" ont permis de modifié la nature de la comète C/2017 U1 en astéroïde A/2017 U1. Image par Paulo Holvorcem & Michael Schwartz


A/2017 U1 a donc une orbite anormalement "étirée", et une telle trajectoire ne pourrait pas être décrite par un objet originaire de notre système solaire, beaucoup trop proche pour produire cette excentricité. C'est pourquoi le MPC (Minor Planet Center) soutient allégrement que cet astéroïde se soit échappée du champ de gravité d'une autre étoile, située en direction de la Lyre.


Simulation de la trajectoire de l'astéroïde A/2017 U1 par Tony Dunn orbitsimulator.com

L'astéroïde a bien sûr été analysé sous toutes les coutures : une trajectoire inclinée à 122° par rapport au plan de l'écliptique (non exceptionnel malgré la grande valeur) une vitesse impressionnante de 26 km/s, un surface réfléchissante de 10% (albédo) et une taille d'environ 160 mètres.

Le rapport officiel publié par le MPC invite la communauté astronomique à effectuer de plus amples mesures astrométriques pour accroitre la précision. Cependant l’astéroïde est trop sombre pour permettre des mesures optimales et sans oublier qu'il file à une vitesse extraordinairement grande. Pour vous donner une idée, toute les 4 heures et 10 minutes, il s'éloigne de la distance Terre-Lune, soit 380 000 km environ...
Cette découverte serait très vraisemblablement la première observation d'un corps étranger pénétrant dans notre système solaire, d'où le nom d'astéroïde interstellaire.